Mon expérience kombucha jour 1

Mère kombucha: jour 1

Vous connaissez le kombucha? C’est un breuvage à base de thé fermenté, à l’effervescence naturelle et au goût légèrement vinaigré. Ça vous semble bizarre? Maintenant, si je vous dis que pour en produire, il faut une mère kombucha, essentiellement une colonie de bactéries et de levures compactes qui ressemble à un placenta, êtes-vous plus, ou moins sceptiques? Mon expérience avec la marque qu’on trouve le plus facilement dans mon quartier, et que je ne nommerai pas, a été plutôt décevante. Par contre, depuis que j’ai goûté à celui des Fous de l’île, je me suis un peu réconcilié avec le produit. Or, il se trouve qu’on peut élever sa propre mère kombucha à la maison, et ensuite la mettre à profit pour faire son propre kombucha. Un défi, de l’inconnu et un résultat plus qu’incertain? Il n’en fallait pas plus que me lancer tête baissée dans l’expérience.

Premièrement, il me fallait du kombucha. C’est la seule chose qu’il faut pour cultiver une mère. J’ai moins confiance dans les versions commerciales qu’on trouve en épicerie pour me « partir une mère ». Heureusement, il y a l’épicerie LOCO à 30 secondes du métro Jarry, en préouverture depuis quelques semaines. J’ai vu que, oh miracle, ils vendent du kombucha des Fous de l’île… en vrac! En ce moment, c’est celui au lychee qui jaillit de la fontaine. En plus on peut jouer au barman! Effectivement, LOCO c’est le principe de l’épicerie libre service sans déchet. On apporte nos propres contenants, on les pèse et on écrit dessus le poids, on les remplit et on passe à la caisse. Ils proposent également des contenants consignés pour les moins prévoyants. En gros, des farine de toutes sortes, des grains, des fruits secs, des infusions, etc. La liste est longue, et promet de s’allonger. Équippé de pots Mason et de bouteilles de Grolsch vides qui me servent quand je fais de la bière de gingembre, je me suis donc rendu chez ce nouveau venu du quartier. J’en suis revenu avec deux bouteilles de kombucha et un bon contenant de fleurs d’hibiscus.

Pour cultiver une mère il faut:

  • 1 contenant de verre (un pot Mason est l’idéal) propre de 1 litre
  • 250 ml de kombucha, idéalement sans saveur et le plus artisanal possible, mais on fait avec ce qu’on a
  • 2 c. à café de sucre
  • Du coton à fromage
  • De la corde de boucher ou un élastique.
  1. Mélanger le sucre et le kombucha dans le contenant de verre
  2. Recouvrir de coton à fromage et faire tenir avec un élastique ou attacher avec une corde.
  3. C’est tout! Il faut maintenant ranger le pot  à l’abris de la lumière, entre 22°C et 28°C, dans un endroit où il ne sera pas dérangé pendant les 7 à 14 prochains jours.

Selon mes lectures, une mère devrait se développer à la surface. L’idéal est qu’elle atteigne deux centimètres d’épaisseur. Ça devrait prendre une dizaine de jours, et m’aider dans mon apprentissage de la patience, mais en théorie elle commencera à être visible assez rapidement.

Je vous communiquerai mes progrès, ou mes échecs, à mesure que j’avance dans cette haletante aventure de fermentation.

Publicités

À propos de gourmetronik

Curieux gourmand de la génération net Voir tous les articles par gourmetronik

4 responses to “Mon expérience kombucha jour 1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s