Archives quotidiennes : 4 mars 2011

Trio de burgers gourmands

J’ai eu envie d’essayer la recette trouvée ici, sur le blogue Les gourmandises d’Isa. Pour tout vous dire, je n’y croyais pas. Si peu de travail pour un résultat extraordinaire, il n’en était pas question. Je pensais qu’il faut, comme pour être beau, souffrir pour faire un pain digne de ce nom.

J’avais tort!

Je donne la recette de burgers gourmands pour 4 petits burgers de chaque sorte, donc douze petits pains. Ne faites pas comme moi, j’ai de petites galettes de viandes et il ne me reste que des pains réguliers. J’ai cuit les six petits pains en les garnissant (en paires) de graines de sésame, de graines de pavot et d’origan séché.

Burger de porc
  • 2 poivrons rouges
  • 1 c. à table d’huile de canola
  • 200 GR de porc haché, maigre
  • 1 oignons verts, hachés finement
  • 1 gousse d’ail, hachée finement
  • 5 brins de ciboulette, hachés
  • 1 c. à soupe de sauce Worcestershire
  • 1 c. à café d’origan
  • 4 petits pains à hamburger à l’origan, 5-7 cm de diamètre
  • 1/4 de tasse de pesto de tomates séchées
  • 4 tranches de tomates
  • 1/2 tasse de provolone, râpé
  1. Couper les poivrons en deux, les badigeonner d’huile et les faire cuire à « broil » jusqu’à ce qu’ils soient noircis.
  2. Mettre les poivrons dans un sac en papier et les laisser refroidir.
  3. Peler la peau des poivrons, retirer la queue, les membranes et les graines.
  4. Couper en bandes de 1.5 cm de large.
  5. Mélanger le porc, l’oignon vert, l’ail, la ciboulette, la sauce Worcestershire et l’origan.
  6. Former 4 petites galettes.
  7. Faire cuire sur le gril ou dans une pôele avec un peu d’huile à feu moyen, 3 minutes de chaque côté ou jusqu’à ce que le jus qui s’écoule de la galette soit clair.
  8. Tartiner 4 petits pains grillés de pesto de tomates séchées. Y mettre une gallette de porc, une tranche de tomate, des languettes de poivrons grillés et du provolone râpé.
  9. 

Burger de thon
  • 200 GR de thon en steak, Yellowfin dans mon cas
  • 1 petite échalote, hachée finement
  • 1 oignons verts, hachés finement
  • 5 brins de ciboulette, hachés
  • 1 c. à soupe de moutarde de Meaux
  • 1 oeuf battu
  • 1/2 tasse de chapelure panko
  • 4 petits pains à hamburger aux graines de pavot, 5-7 cm de diamètre
  • Luzerne au radis
  • Sel
  • Poivre
  • Huile de canola 
  • 4 tranches de tomates
  • Mayonnaise
  1. Hacher le thon au couteau avec un couteau bien aiguisé. Vous éviterez d’écraser ou de déchirer le thon. Vous éviterez aussi la scène suivante (je jure que rien n’est exagéré):

gourmetronik hache le thon avec son couteau qui a besoin d’un bon affûtage. Il jasouille avec MonChéri, quand il détourne la tête pour lui répondre, alors que le couteau glisse sur une arête invisible… et shlack!
gourmetronik, qui saute (très haut) sur place en répétant : Je me suis coupé, je pense que c’est beaucoup, qu’est-ce que je fais, qu’est-ce que je fais, je suis étourdi,
MonChéri: Tiens, une chaise, une compresse d’eau froide, respire, calme toi. Est-ce que c’est vraiment grave?
gourmetronik: Je sais pas ça fait mal fait couler l’eau froide.
L’eau est assez froide, je ne sens plus rien. Finalement, je me suis coupé un gros bout d’ongle et une petite tranche de pouce. Ça n’a presque pas saigné, et je n’ai presque pas perdu connaissance. Presque. Retournons à nos moutons.

  1. Mélanger le thon haché avec la moitié de la moutarde et de la ciboulette, l’échalote et un peu de sel et de poivre. Ajouter l’oeuf et la chapelure pour lier et pouvoir former 4 galettes qui se tiennent. Si votre thon n’était pas surgelé, vous pouvez essayer sans oeuf ni chapelure, et en ajouter seulement au besoin.
  2. Faire cuire les galettes 2 minutes de chaque côté, ou plus si vous aimez le thon plus cuit.
  3. Tartiner quatre petits pains de mayonnaise.
  4. Déposer une galette de thon et garnir de tomates et de luzerne.
  5. 

Burger d’agneau
  • 2o0 GR d’agneau haché
  • 1 oignons verts, hachés finement
  • 1 gousse d’ail, hachée finement
  • 1 c. à soupe de moutarde de Meaux
  • 1/2 tasse de yogourt très épais
  • 1/4 de tasse de menthe, hachée
  • 4 petits pains à hamburger au sésame, 5-7 cm de diamètre
  • 4 tranches de tomates
  • Quelques feuilles de jeunes épinards
  • 1/2 tasse de feta, morcelée
  • Sel
  • Poivre
  1. Mélanger l’agneau avec le reste de l’ail, de la moutarde et de l’oignon vert. Former 4 galettes.
  2.  Faire cuire les galettes sur le gril ou dans un poêle avec un peu d’huile à feu moyen, 3 minutes sur chaque côté.
  3. Mélanger le yogourt et la menthe et ajouter un peu de sel et de poivre.
  4. Tartnier 4 petits pains grillés de yogourt à la menthe.
  5. Déposer par dessus une galette d’agneau, une tranche de tomate, quelques feuilles d’épinards et de la feta.

Thé à la menthe

Le thé à la menthe me rappelle beaucoup le Maroc, et les après-midi alanguis dans un condo de Marrakech. Incapable de bouger le petit doigt parce qu’il faisait au-dessus de 45 °C, heureusement, l’ami Tarek, habitué de la chaleur, préparait le thé à la menthe. L’avantage de boire chaud, c’est qu’on perçoit moins la chaleur extérieure. Tout est une question de perception. Moi, je ne trouvais ça supportable qu’une fois la nuit tombée. Alors qu’il faisait plutôt 35 °C. J’adore le thé à la menthe bien sucré et brûlant en hiver, ça réchauffe et ça fait changement de l’habituel café.

Pour une théière de trois tasses, 20 minutes de préparation.

  • Eau bouillante
  • 5 c. à café de thé vert Gunpowder, en feuilles
  • 4 branches de menthe poivrée, entières
  • 5-6 c. à café de sucre, ou 5-6 cubes de sucre

 

  1. Remplir la théière d’eau bouillante et la laisser reposer 5 minutes.
  2. Vider la théière et ajouter le thé vert en feuilles avec une demie-tasse d’eau bouillante.
  3. Laisser infuser 30 secondes.
  4. Jeter le liquide.
  5. Vous pouvez laver le thé ainsi quelques fois, je ne le fais qu’une fois habituellement.
  6. Ajouter la menthe et le sucre à la théière.
  7. Piler le contenu pour libérer les arômes.
  8. Couvrir d’eau bouillante.
  9. Laisser reposer 5 minutes.
  10. Verser le thé dans un verre et reverser dans la théière.
  11. Répéter trois fois.
  12. Verser dans des verres à thé en élevant la théière pour faire mousser le thé.

Servi avec des pâtisseries marocaines, genre cornes de gazelle ou chebakia, c’est tout à fait approprié en regardant un film le vendredi soir quand il fait froid dehors.


Pralin,tartinade et distraction

Pour plein de raisons différentes, je suis distrait ces temps-ci. Je renverse des choses, je pars dans la lune… C’était donc l’occasion parfaite pour essayer une technique que je n’avais jamais essayée avant: le praliné. Pour corser le tout, j’ai décidé de faire la pâte de praliné et la tartinade chocolat-praliné proposées sur Les Aventures culinaires de Kiki. Vous trouverez les deux recettes ici. Ça a l’air con de se compliquer la vie comme ça, mais la réussite d’une nouvelle technique et l’expérience de goûter un produit maison me remonte toujours le moral.

Bien sûr, j’ai mal suivi la recette. Pas par prétention, mais plutôt par distraction. Alors, soucieux d’éviter mes erreurs aux autres, je vous raconte brièvement:

  • D’abord, j’ai acheté des noix en écales que j’ai patiemment fait éclater avec mon casse-noix. C’était nul et déplaisant, la prochaine fois je paierai 50 sous de plus chers et j’achèterai des noisettes et des amandes déjà écalées.
  • Ensuite, j’ai fait torréfier les amandes et les noisettes ensemble. Après relecture, je ne pense pas qu’il fallait mettre les amandes au four, ou s’il fallait le faire l’instruction suivante est très claire: frotter les avelines ensemble pour enlever la peau, pas les amandes et les avelines. Ni les amandes ni les noisettes ne semblaient vouloir perdre leur robe, même après moult massages et câlins agressifs. J’ai eu plus de succès avec les noisettes, la plupart des amandes sont restées presque telles quelles.
  • Pendant que le sucre fondait, je suis allé m’étendre pour soulager mon dos qui est très tendu ces temps-ci. Erreur. Le caramel a rapidement viré au brun plutôt qu’à l’ambre. Bof, ce sera très caramélisé mettons.
  • Au robot, super poudre de praliné. Pas de pâte. De la poudre. Odeur délicieuse de noix grillées et de sucre caramélisé… mais pas de pâte. Je me doute bien que le caramel trop cuit et les peaux de mes noix sont probablement la cause. J’ai fini par ajouter quelques gouttes d’huile de sésame grillée, et la pâte s’est faite toute seule.
  • Le reste s’est bien déroulé, mes 2 petits pots sont au frigo. MonFrère venant me chercher pour monter au chalet de MaSoeur demain, j’en apporte un pot pour ébaudir la famille au déjeuner de dimanche. J’ai bien sûr trempé le doigt avant de les mettre au froid. J’ai failli perdre connaissance de bonheur.

Merci Kim pour les deux superbes recettes. Une fois refroidi je verrai si la tartinade est assez ferme pour s’installer confortablement entre deux coques de macaron… Sinon, elle sera dévorée étalée sur des croissants et de la brioche!