Archives quotidiennes : 21 février 2011

Tarte Xperiment #1: Tarte à l’orange sanguine

En faisant du rattrapage sur le blog de Kim, j’ai découvert une recette de curd de pamplemousse rose qui m’a semblé bien attirante. La salive goûtait de mon menton quand j’ai lu la dernière phrase fatidique: « Réfrigérer 24 heures avant de consommer ». Naaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaon!

Bon, cette recette devra attendre que j’ai appris la patience. Non mais… j’ai une envie de sûr-sucré ici, maintenant, et tout de suite On ne badine pas avec mes caprices. La recette elle-même et les commentaires des internautes m’ont rappelé mon envie inassouvie de tarte au citron du weekend dernier. Pas de citron à la maison, pas de limes des keys au IGA non plus… mais de belles oranges sanguines achetées pour les déjeuners de MonChéri. Puisque je sais qu’il ne déjeune jamais et que les fruits que je lui achète pour le déjeuner finissent soit à la poubelle soit dans des muffins, pourquoi attendre vendredi pour me fâcher à propos du gaspillage quand je peux me faire plaisir tout de suite? Je vous présente donc une recette de tarte à la crème d’orange sanguine, résultat d’un mélange d’idées prises sur différents sites.

Pour une tarte, comptez environ une heure de préparation et 2 heures de repos au froid.

Croûte
  • 2 tasses de miettes de biscuits au gingembre (type ginger snaps, mais voir la note)
  • 2 c. à table de sucre
  • 1/2 tasse de beurre non salé, fondu
Garniture
  • 250 ml de jus d’orange sanguine
  • 2 oeuf
  • 2 boîte de lait condensé sucré (2x14oz)
  • le jus d’un citron
Garniture… de la garniture
  • 1/2 tasse de crème fraîche
  • 2 c. à soupe de sucre glace
  • Le zeste d’une orange sanguine

Note: Impossible de trouver des ginger snaps à la dernière minute pour faire la croûte comme je voulais. J’ai fait les dépanneurs, les fruiteries et les pharmacies. Alors je suis tombé sur les biscuits à l’orange (zeste d’orange, thé vert et gingembre) Praeventia de Leclerc que j’ai réduit en miettes au robot. Les quantités sont donc approximatives, il faut y aller à l’oeil.

  1. Préchauffer le four à 375°F.
  2. Mélanger tous les ingrédients de la croûte ensemble et presser délicatement dans le fond d’une assiette à tarte ou un moule à fond amovible.
  3. Si vous faites comme moi, une fois sur deux je me prends pour l’incroyable Hulk et je presse trop fort, ce qui fait que la croûte et très, très dure après la cuisson.
  4. Faire cuire le fond de tarte 10 minutes et le sortir du four.
  5. Baisser la température du four à 325°F.
  6. Battre les ingrédients de la première garniture ensemble et verser dans la croûte à tarte refroidie.
  7. Faire cuire 15 minutes pour une crème soyeuse, plus longtemps pour une texture plus consistante.
  8. Refroidir au réfrigérateur une heure.
  9. Mélanger la crème fraîche avec le sucre glace et en recouvrir le centre de la tarte en laissant une petite bordure. Garnir la crème de zestes d’oranges.
  10. Remettre au réfrigérateur au moins une autre heure, sinon toute la nuit c’est encore mieux.

Mais comme on s’en fout d’attendre toute une nuit de sommeil pour déguster quelque chose dont on avait envie le jour même, deux heures de réfrigération sont bien suffisantes! C’est crémeux, sucré, légèrement acide et aigre, soyeux, sensuel… La prochaine fois, je triche et j’ajoute du colorant rouge. Je me suis retenu, c’est mon petit côté frugal.


Le poolish pour les paresseux

Je m’étais promis depuis longtemps d’essayer de faire un pain sur poolish. En simple, un poolish est un mélange d’eau et de farine auquel on ajoute une petite quantité de levures et qu’on laisse reposer une grosse dizaine d’heures. Le pain à la levure traditionnel ne nécessite pas de faire activer les levures sur une aussi longue période, mais le résultat est beaucoup moins spectaculaire. Le truc, c’est que je suis paresseux et que faire un pain à partir d’un poolish jusqu’au bout me rebutait. J’ai donc cherché une recette de pain sur poolish dont le pétrissage se fait à la machine. Exceptionnellement facile pour le résultat, la préparation nécessite simplement d’avoir les ingrédients, la machine et d’être à la maison pour façonner les pains. Si vous êtes paresseux comme moi, vous laissez tomber l’idée de prendre le temps de faire des baguettes. De mignons pains en boules, c’est mignon, non?

Pour environ 10 minutes d’intervention de votre part, vous obtenez un pain de qualité, à la croûte qui craque sous la pression, à la mie aérée et qui a de la texture. Il suffit de faire le mélange eau-farine-levure la veille, de partir la machine au réglage « dough » au lever, de façonner les pains quand la machine sonne, de laisser tranquille une heure et demie et faire cuire 20 minutes!

Je ne retranscrirai pas la recette, je vous invite plutôt à la consulter sur le site Les gourmandises d’Isa, un blogue qui est une mine d’or pour les gourmands. Des heures de lectures délicieuses sur lesquelles vous fantasmerez pendant des heures. En attendant, regardez la photo et pensez qu’avec la recette j’en avais deux autres aussi jolis!