Archives mensuelles : février 2011

Bougatsa me krema

Un (une?) bougatsa, c’est une pâtisserie à déjeuner originaire du nord de la Grèce. On en trouve partout là-bas, mais il en reste rarement passé midi. Bah, s’il est trop tard, vous pourrez vous régalez de spanakopita ou, encore mieux selon moi, de typopita. Lors de mon voyage en Grèce, j’en ai mangé tous les jours. J’en cuisine rarement parce que je hais la pâte filo. Je hais la travailler, avec une passion toute particulière. Mais pour le plaisir de vos yeux, et celui de nos bouches à la maison, j’ai préparé un bougatsa à partir d’un mix d’idées prises ici et là. Un jour, si je la retrouve, je partage avec vous une recette très cochonne de gâteau au fromage baklava. C’est un gâteau au fromage et au miel totalement infernal, cuit en pâte filo (comme un bougatsa géant) et recouvert d’une version amincie d’un baklava.

Pour 4, environ 3 heures en tout

  • 2 tasses de lait entier
  • 1/2 gousse de vanille fendue
  • le zeste en morceau de 1/2 citron,
  • 1/3 de tasse de semoule de blé durum fine
  • 1/2 tasse de sucre
  • 2 oeufs
  • 8 feuilles de pâte filo commerciale
  • 1/4 de tasse de beurre fondu
  • Sucre glace à la cannelle (mélange moitié-moitié)
  1. Chauffer le lait à feu moyen avec la demi-gousse de vanille fendue et le zeste de citron.
  2. Pendant ce temps, battre les oeufs avec le sucre jusqu’à ce qu’ils moussent.
  3. Lorsque le lait est très chaud, mais ne bouille pas, ajouter la semoule en fouettant jusqu’à ce que le mélange bouillonne et ait épaissi.
  4. Retirer la casserole du feu.
  5. Ajouter un peu de lait aux oeufs pour les tempérer et les liquéfier un peu.
  6. Ajouter le reste des oeufs au lait en brassant à la cuillère.
  7. Remettre sur le feu et faire cuire jusqu’à ce que le mélange soit très épais, une dizaine de minutes. Si vous tracez une ligne avec le doigt sur la cuillère alors que vous la sortez du mélange, elle doit rester nette.
  8. Enlever la vanille et le zeste.
  9. Faire refroidir complètement en brassant souvent.
  10. Badigeonner une feuille de filo, en appliquer un pardessus et badigeonner encore de beurre.
  11. Toujours garder les feuilles avec lesquelles vous ne travaillez pas sous un linge humide.
  12. Plier la feuille en deux à partir du côté le plus long et… badigeonner de beurre.
  13. Déposer 1/4 de la costarde à environs du 1/5 du bord droit.
  14. Replier le côté qui dépasse à droite par dessus la costarde.
  15. Replier les longs côtés du haut et du bas sur la costarde.
  16. Replier le petit paquet de la droite vers la gauche jusqu’au bout.
  17. Répéter avec les autres feuilles de filo.
  18. Faire cuire au four 25 à 30 minutes, jusqu’à ce que les bougatsas soient bien dorés.
  19. Saupoudrez du mélange de cannelle et sucre en poudre au sortir du four.
  20. Laisser reposer 15 minutes avant de s’empiffrer.

Pour ceux qui aiment la costarde, c’est tout simplement un fantasme devenu réalité: une petite pochette de costarde onctueuse, légèrement sucrée et parfumée de citron et de vanille. C’est long à faire, mais ça fait de jolies photos!


Salade grecque

Je sais, ce n’est rien de très original, mais c’est la mienne et je l’aime plus que les autres, alors je la partage avec vous.

Pour 4, 30 minutes

  • 3 tomates sur vigne, couper en 8 quartiers
  • 1/2 concombre anglais, en tranche de 0.5 cm
  • 1/4 de tasse de persil plat, haché
  • 1/4 de tasse d’aneth, hachée
  • 2 c. à table d’huile d’olive
  • 1 c.  à table de vinaigre de vin rouge
  • 1/2 oignon rouge, tranché finement
  • Assez de feta pour se faire plaisir, morcelée
  1. Mélanger et laisser reposer 20 minutes.
  2. Servir!

J’ai fait une petite présentation, mais c’est aussi bon sans!


Spanakopita

Hier soir, au lit, presque endormi, j’ai un flash. La bougatsa, c’est génial, mais qu’est-ce qu’on mange en plat?

gourmetronik: MonChéri, qu’est-ce qu’on mange demain avec la bougatsa?

MonChéri: Une spanakopita.

gourmetronik: Hmmm ouin, mais tu le sais, je hais la pâte filo avec passion.

MonChéri: Hmmm… OK. Spanakopita. Bonne nuit.

C’est un de ses plats fétiches, quelque chose que je fais une fois aux 5 ans, à cause de la pâte filo. Ça sèche, ça fend, ça refuse simplement de m’obéir au doigt et à l’oeil. Bref, c’est de la cochonnerie. Mais je peux difficilement refuser, j’en achète déjà pour la bougatsa. Alors, voilà ma spanakopita, un plat hyper simple (en théorie) avec peu d’ingrédients (dont de la pâte filo) mais tout à fait délicieux chaud, tiède ou froid. Ça vallait la peine juste pour voir sourire MonChéri, qui pour une fois finit son assiette et mange plus que moi.

  • 30 GR de beurre (+ 1/4 de tasse de beurre fondu pour la *?$/&% de pâte filo)
  • 30 ml d’huile d’olive
  • 2 oignons, hachés
  • 750 GR d’épinards, lavés, séchés, équeutés, énervés (retirer les nerfs coriaces des plus grosses feuilles) et hachés
  • 1/4 de tasse de persil plat, haché
  • 1/4 de tasse d’aneth, haché
  • 1/4 de tasse de crème liquide, 35 %
  • 200 GR de féta ferme (égyptienne dans mon cas)
  • 2 oeufs
  • 1 pincée de muscade
  1. Faire fondre le beurre à feu moyen dans une grande poêle et cuire la moitié de l’oignon jusqu’à ce qu’il soit fondant.
  2. Ajouter le reste de l’oignon et cuire jusqu’à ce qu’il soit transparent.
  3. Ajouter les épinards, en plusieurs fois si nécessaire (ce sera nécessaire, je vous l’assure!), et les faire tomber.
  4. Ajouter les herbes, ajouter sel et poivre, mélanger et couvrir.
  5. Faire cuire à feu doux jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de liquide qui s’accumule au fond de la poêle.
  6. Retirer du feu et ajouter la crème en brassant.
  7. Laisser refroidir jusqu’à température ambiante en brassant souvent.
  8. Battre les oeufs avec la muscade et ajouter la féta défaite en morceaux.
  9. Ajouter ce mélange aux épinards et brasser.
  10. Beurrer un moule de 400 cm² (le mien est un plat à gratin de 20x20cm).
  11. Ajouter 8 feuilles de pâte filo en badigeonnant de beurre fondu entre chacune. J’avais coupé les feuilles en deux, et les avais placées en laissant dépasser une bordure (d’abord en haut, ensuite à droite, ensuite en bas, ensuite à gauche, tout ça deux fois).
  12. Verser le mélange aux épinards dans la pâte filo.
  13. Si vous aviez comme moi des bordures qui dépassaient, il faut les replier en badigeonnant de beurre fondu entre chaque étage de filo.
  14. Couvrir de 8 autres feuilles de filo, pliées en deux si nécessaire pour votre moule.
  15. Je déteste la pâte filo.
  16. Terminer en badigeonnant de beurre fondu et faire cuire à 350° 35 à 45 minutes, la spanakopita doit être bien dorée.

Maintenant, c’est l’heure de la bougatsa, MonChéri commence à grogner:

MonChéri: Ben là, tu vas le faire ce soir ton dessert? Il est déjà rendu neuf heures!

OK, à plus tard pour la recette de bougatsa, et des photos presqu’en direct!


Tootsi

Il ne sera pas ici question du délicieux film où Dustin Hoffman se travestit. D’ailleurs, j’aurais écrit Tootsie. Non, Tootsi c’est une découverte que j’ai faite au Marché Central aujourd’hui. En revenant de chez Adonis où je devais faire des achats pour le souper, MonChéri a tenu sa promesse d’un jour venir avec moi explorer l’un des entrepôts ouverts au public qui voisine son lieu de travail. C’est que je suis timide et qu’entrer seul dans un endroit où l’on va m’adresser la parole m’amollit les genoux. Que voulez-vous, nous avons tous nos araignées au plafond!

Tootsi, ou Tootsii Impex Inc. est un fournisseur de noix, fruits séchés et autres gâteries. Quand je dis gâterie, je ratisse large : jujubes, caramels, jelly beans, bonbons en gelée, fruits confits, fruits enrobés de chocolat, fruits enrobés de yogourt, thé matcha, chocolats à pâtisserie, et j’en passe. Pour les gens soucieux de leur santé et celle de la planète, il y a une solide sélection de produits bio et/ou organiques. En général, les produits sont emballés en paquets de 1 kilo. C’est beaucoup, mais si on respecte les règles de base (on range à l’abri de la lumière, de la chaleur et de l’humidité), ce sont pour la plupart des produits qui se conservent quelque mois. Plus on achète de paquets, plus la fourchette de prix descend. Si vous prenez 5 paquets de 1 kilo (ça peut être 5 produits différents) c’est le prix le plus bas qui s’applique pour tous les produits. Le format caisse complète existe aussi, pour les excessifs.

Le personnel, masculin, jeune, drôle et sexy façon bio, est très sympathique et connaît bien les produits. Pas de chichi-poupou ici, c’est un entrepôt et c’est ce qu’on aime. Les prix sont avantageux : par exemple, une dizaine de dollars pour 1 kilo de poudre d’amandes et 7.00 $ pour un kilo de brisure de chocolat 100 % pur à 65 % de cacao.

L’endroit par où entrer ne saute pas aux yeux, j’ai donc une photo, un plan modifié par MonChéri et une vue aérienne Google Maps. Difficile de demander mieux…Vous pouvez commander en ligne sur leur site si vous n’êtes pas dans les environs, mais je n’arrive pas à comprendre si il est possible de commander des quantités non-industrielles.


Cupcakes sucre à la crème, mais pas trop

Ce soir, j’avais besoin d’un remontant, quelque chose de solidement réconfortant. Je devais passer à l’épicerie pour acheter de la pâte filo pour la bougatsa et le spanakopita de demain de toute façon (vos yeux vont se régaler, bande de chanceux..ses). En arrivant à la station de métro où j’avais rendez-vous avec MonChéri, je lui donne un coup de fil pour savoir où il en est. Merde… il vient à peine de monter dans le bus. Je décide d’aller seul à l’épicerie et lui dit de me rejoindre à la maison. C’est mon petit côté misérabiliste.

Rendu à l’épicerie, j’en ai profité pour acheter les ingrédients que je sais essentiels à toute cuisine qui réconforte : du beurre et de la crème. Bon, je n’allais quand même pas boire la crème et manger le beurre à la cuillère, alors j’ai décidé de préparer des cupcakes. Sur les étagères, il ne restait que deux sortes de moules à cupcakes en papier : Winnie the Pooh ou Petite Sirène. Certains auraient trouvé ça réjouissant; je suis plutôt grognon dans la déprime. Je les ai laissés sur le rayon, en laissant échapper un juron.

En avant de moi à la caisse express-6 articles et moins, un couple avec 12 articles dans son panier. Panier qu’ils vident et stationnent ensuite dans le chemin, avant de payer et quitter l’épicerie sans leur panier. Je grogne, je respire, je paye avec Interac… La puce de ma carte est illisible. Ça vaut un câlisse bien senti. J’examine ma carte vieille d’à peine une semaine. Ouache, elle est toute gommée! Hier soir, en finissant ma tarte à l’orange sanguine, je faisais aussi le ménage de mon porte-feuille. Re-câlisse. Visa, ça va?

Bon, je suis en chemin, c’est glissant, je suis frustré, vivement qu’on arrive à la maison. Sur le chemin, j’aperçois une silhouette au loin. Sans mes lunettes, c’est juste une tache noire. Mais, je reconnais la tache! C’est ma tache à moi, MonChéri en su-sucre, venu épauler mon moral sur le chemin de l’épicerie.

MonChéri : C’était long, j’ai pelleté la galerie et j’ai décidé de venir te rejoindre sur le chemin. Bisous?

Aaaaaaaaaaaaah. C’est mieux que tous les cupcakes au sucre à la crème du monde.

Cupcakes
  • 2 tasses de farine à pâtisserie
  • 2 c. à café de levure chimique
  • 1 c. à café de sel
  • 1 1/2 de sucre
  • 1/2 tasse + 1 c. à table de beurre non salé, à température ambiante
  • 1/2 de tasse de crème liquide, 35 %
  • 1/4 de tasse de lait entier
  • 2 oeufs
  • 1 c. à soupe d’essence de vanille pure
Garniture sucre à la crème
  • 1/4 de tasse de beurre
  • 1/3 de cassonade bien tassée
  • 1/4 de tasse de crème
  • 1 1/2 tasse de sucre glace, tamisé
  • 1 c. à café d’essence de vanille pure
  1. Préchauffer le four à 350 °F.
  2. Dans un grand bol, tamiser ensemble la farine, le sel et la levure chimique.
  3. Ajouter le reste des ingrédients des cupcakes et mélanger au batteur électrique à vitesse moyenne pendant environ 3 minutes.
  4. Ne pas mélanger plus que nécessaire, le mélange doit simplement être homogène, sans plus.
  5. Remplir les moules au 3/4 de leur hauteur.
  6. Faire cuire les cupcake 20 à 25 minutes, ou jusqu’à ce qu’ils reprennent leur forme lorsque vous les pressez légèrement avec le doigt et soient à peine dorés.
  7. Distrait et fatigué, j’ai éteint le four à un moment donné, je ne sais toujours pas quand. Ne faites pas ça. C’est pour ça que mes cupcakes ont l’air un peu bizarre sur la photo.
  8. Laisser refroidir complètement sur une grille avant de garnir.
  9. Faire fondre le beurre avec la cassonade à feu moyen en brassant constamment.
  10. Continuer à cuire en brassant pour 3 minutes supplémentaires lorsque le mélange commence à bouillonner.
  11. Ajouter doucement la crème en continuant à brasser encore 2 minutes.
  12. Laisser refroidir hors du feu en brassant souvent, jusqu’à température ambiante.
  13. Ajouter le sucre glace en brassant jusqu’à ce que vous obteniez une texture tartinable.
  14. Ajuster la texture avec du sucre glace ou de la crème au besoin, mais vous n’obtiendrez pas une texture de type crème au beurre. C’est parce que ce n’est pas une crème au beurre.
  15. Mettre un gros splouich de garniture sur chaque cupcake. Soyez moins généreux que moi, j’en ai mis trop par gourmandise et j’en ai manqué.
  16. Laisser le glaçage prendre un peu avant de servir.

C’est bon, c’est satisfaisant, moelleux à souhait, et pas trop écoeurant.